Souffrance au travail

quelles causes et comment y remédier ?

Selon l’Institut de veille sanitaire, 480 000 personnes en France seraient en détresse psychologique au travail. Un chiffre qui tend à augmenter au fil des années et reste assez vague dans sa définition, la souffrance au travail pouvant se traduire par un mal-être, mais aussi une dépression, voire des cas extrêmes de burn-out pouvant rendre leurs victimes inaptes au travail.
Pression hiérarchique, rythme impossible à tenir, sentiment de solitude ou harcèlement, les situations de stress liées au travail peuvent pourtant être contrées si elles sont détectées au bon moment.
Comment agir face à la souffrance au travail pour l’éviter et contribuer à un environnement de travail positif ? Le point sur ses causes et les moyens de l’empêcher.

Quelles sont les causes de la souffrance au travail ?


Pour pouvoir lutter efficacement contre la souffrance au travail, il est important d’en définir les différentes causes :

Des conditions de travail difficiles

Certaines missions et postes comportent des conditions difficiles à supporter sur le long terme. Il en est ainsi du travail de nuit, des horaires décalés, des travaux qui nécessitent de la force physique, beaucoup d’endurance ou un environnement très bruyant par exemple. Mais ce mal-être peut également toucher des postes plus classiques, par exemple des collaborateurs à qui l’on impose ou qui se sentent obligés de nombreuses heures supplémentaires.

Des objectifs irréalistes

Le sentiment de ne pas réussir à réaliser les missions attendues ou atteindre ses objectifs peut pousser les collaborateurs à l’épuisement physique et moral. La faute, parfois, à des objectifs impossibles à atteindre, ou à l’attribution des missions d’un collègue qui a quitté l’entreprise par exemple. Ce constat d’échec peut sérieusement atteindre le moral des salariés qui ne se sentent pas suffisamment compris et écoutés.

Un manque de reconnaissance

Qu’elle vienne de leur supérieur hiérarchique ou de leurs proches collaborateurs, la reconnaissance de la qualité du travail effectué et des efforts consentis par rapport à un projet est un facteur très important de motivation au travail. Un simple remerciement ou signe d’encouragement peut avoir un effet très positif sur le moral, là ou son absence peut au contraire nuire.
Au-delà des paroles, les actes comme l’organisation d’événements festifs ou de team building ludiques sont des signes concrets de reconnaissance qui permettent de faire plaisir à un grand nombre de salariés en même temps.

Un manque d’intégration, de cohésion et d’esprit d’équipe

Le fait de ne pas se sentir intégré, d’avoir un problème de communication avec un ou plusieurs membre(s) de son équipe, fait partie des causes reconnues de la souffrance au travail. A l’inverse, une bonne ambiance d’équipe suffit parfois à compenser d’autres soucis rencontrés dans l’entreprise. La complicité, la bonne humeur et la bonne communication avec ses collègues créent une émulation et une facilité de collaboration qui donne chaque jour l’énergie pour attaquer sa journée de travail ans un bon esprit.

Découvrir nos team building collaboratifs pour améliorer la cohésion d’équipe

Le harcèlement

Parmi les causes les plus graves de souffrance au travail, les situations de harcèlement, par un ou une supérieur(e) un ou des collègues(s) abîment la confiance en soi et peuvent mener à de sévères dépressions, arrêts de travail ou démissions. Repérer des personnalités toxiques au sein des équipes permettra d’intervenir pour séparer les collaborateurs et agir dans l’intérêt de tous.

Lutter contre la souffrance au travail :
quelles actions mettre en place ?

A chacune des causes précitées il est possible de mettre un frein, à condition de bien identifier les salariés touchés par la souffrance au travail
et les raisons qui les placent dans ce mal-être.

Ainsi, en ce qui concerne les conditions de travail difficiles ou l’évaluation des objectifs en interne, une réorganisation peut souvent être envisagée.
Autoriser des moments de pause, tourner pour les horaires les plus éprouvants, réévaluer les objectifs…Parfois l’embauche d’une seule personne peut rééquilibrer tout un service en souffrance. Si ce n’est pas possible, faire preuve d’une meilleure écoute, encourager et soutenir ses équipes sera souvent plus efficace que les coups de pression.

Les marques de reconnaissance et le renforcement de la cohésion d’équipe sont des éléments relativement faciles à mettre en place.
Ainsi l’organisation d’événements festifs ou d’activités team building sont de nature à rebooster les salariés et à améliorer leur collaboration sur le long terme.
Par exemple, au sein des activités team building de 2ISD sont mis en avant les valeurs d’entraide, la complémentarité des personnes, la complicité grâce à des animations ludiques amusantes et originales. Mieux connaître ses collaborateurs, se soutenir lors d’une épreuve sportive, gagner un jeu de piste à plusieurs ou construire un pont ensemble, les objectifs de team building servent aussi à sortir de l’isolement les personnes les moins bien intégrées ou nouvellement arrivées.

Quant aux situations de harcèlement, on peut les détecter de différentes manières, déjà en repérant les personnes victimes qui sont en général régulièrement malades, absentes, ou présentes mais montrant des signes tangibles d’épuisement.
Savoir prêter l’oreille lorsque le nom d’une personne revient sans cesse dans les conversations en termes négatifs, mener l’enquête et estimer la gravité de la situation pour prendre les mesures adéquates permettront d’empêcher la situation de dégénérer.

idées de team building favorisant la motivation

Vous avez un projet de team building, une idée ?